Le Frère René PAINTRÉ,
1866-1888


René Paintré naquit le 26 août 1866 d'une famille ouvrière de Beauvais, voisine de notre communauté de St-Joseph. Après sa première communion, il fut placé en apprentissage chez un pâtissier qui ne lui laissait pas le temps ni la faculté d'aller à la messe. Un pieux artifice permit toutefois à l'enfant de remplir ses devoirs. D'entente avec une pieuse domestique de la maison, nommée Eustelle, justement couronnée Rosière de Beauvais, René, se levait tous les dimanches à 5 heures, se rendait à la première messe, et était rentré avant le lever de son maître qui, la veille, en raison du marché de Beauvais, s'était couché fort tard, et se levait de même assez tard le dimanche.

Mais arriva le moment de la confirmation. Le patron ne voulut pas en entendre parler. C'en était trop. Sur les conseils des Pères de Beauvais, d'accord avec les parents, il quitta la pâtisserie, puis entra dans 1'œuvre des clercs de St-Joseph, où il passa deux ans. Il entra ensuite au noviciat de Langonnet et fit profession le 11 septembre 1882. Il vint alors à Beauvais prendre congé des siens, et s'embarqua pour la mission de Sénégambie. Il fut employé à St-Joseph de Ngazobil, auprès des enfants, et apprit en même temps la typographie sous la direction du Frère Claude. Mais les fièvres avaient trop de prise sur lui, et certains accès firent même craindre pour ses jours.

Il revint en France en 1886. Il repassa à Beauvais pour rendre les derniers devoirs à sa mère qui mourut à cette époque. Puis il partit avec le Père Sacleux pour la mission du Zanguebar, dans l'Est africain. Il y fut chargé particulièrement de l'imprimerie que l'on montait à la mission. Mais hélas, ses forces le trahirent bientôt. Les fièvres, dont il semblait être délivré à Zanzibar, revinrent le visiter, et un accès bilieux l'emporta le 19 mars 1884, à la grande désolation de Monseigneur et de tous les Pères et Frères de la mission.

Page précédente